Environnement

Problème 046 – Greta Thunberg et les données du GIEC

Niveau : Troisième
Chapitres : Images et antécédents, Fonctions affines
Inédit, publié le 30/08/2019

Adolescente suédoise de 16 ans, Greta Thunberg est devenue en quelques mois une des militantes du combat contre le réchauffement climatique les plus influentes du monde. Débutant par des protestations contre le Parlement suédois pour dénoncer l’inaction des responsables politiques face à ce problème global, elle a vu son message se propager à une vitesse phénoménale dans le monde, notamment par son appel à une « grève de l’école pour le climat ». 

Dans les nombreux discours qu’elle délivre à travers le monde, Greta Thunberg fait souvent référence à des rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC, ou IPCC en anglais), qui étudie depuis 1988 l’état des connaissances sur le climat, en faisant notamment des prévisions sur le réchauffement climatique qui pourrait impacter la planète d’ici la fin du siècle. Dans ce problème, nous allons porter un regard sur quelques données clés de ces rapports, pour essayer de mieux comprendre le message porté par Greta Thunberg.

Partie A – L’état du réchauffement climatique

Dans la Figure 1 ci-dessous, nous avons repris une figure parue dans un rapport du GIEC en 2018*, qui montre la tendance actuelle du réchauffement climatique dû aux activités humaines, par rapport à la période 1850 – 1900. C’est cette référence qui est utilisée quand on parle, dans les accords de Paris signé par 197 pays en 2015, de l’objectif de contenir le réchauffement climatique à moins de 1,5°C d’ici 2100. Dans tout le problème, toutes les valeurs de réchauffement sont calculées par rapport à cette base 1850 – 1900.

Figure 1(*)

1) Selon ce graphique : 

i) Quel était déjà la valeur du réchauffement climatique atteinte en 2000 ?

ii) En quelle année est-ce que le réchauffement climatique a atteint 0,5°C ?

2) Sur ce graphique, nous suivons visiblement une tendance actuelle régulière dans l’augmentation. Cette évolution est représentée par la droite (d). 

a) Déterminer graphiquement le coefficient directeur de la droite (d).

b) Que représente exactement la valeur de ce coefficient directeur ?

c) Si cette évolution linéaire se poursuivait, déterminer graphiquement :
    i. l’année où le réchauffement climatique atteindrait une hausse de 1,5°C. 
    ii. la hausse des températures qui serait atteinte en 2100 (prolonger au besoin les échelles du graphique).

d) Peut-on considérer que dans l’état actuel de l’évolution des températures, l’objectif des accords de Paris est en train d’être atteint ?

Partie B – Le temps qu’il nous reste pour agir

Le 23 Juillet 2019, Greta Thunberg était invitée par l’Assemblée Nationale en France pour un discours devant les députés. Elle a déclaré ceci :

« Dans cette page 108 (NB : du rapport du GIEC paru début 2018), vous trouverez le chiffre du budget carbone qui reste à notre disposition. Le rapport dit que si nous voulons avoir 67% de chance de limiter l’augmentation des températures en dessous des 1,5°C, nous avons 420 gigatonnes de CO2 dans notre budget. Bien entendu ce chiffre est bien inférieur aujourd’hui. Nos émissions s’élèvent à 42 gigatonnes de CO2 chaque année. Au niveau d’émission que nous connaissons aujourd’hui, le budget qui nous reste sera complètement épuisé d’ici huit ans et demi ».

1) Au moment où Greta Thunberg  prononce ce discours, quel est, en gigatonnes, le budget de CO2 encore disponible pour avoir 67% de chance de limiter l’augmentation des températures en-dessous de 1,5 degrés ? Arrondir à la dizaine près.

2) La page 108 du rapport* en question indique les budgets de CO2 dont nous disposions à partir de 2017 pour limiter, avec 67% de chance, la hausse des températures à différentes valeurs. Le tableau 1 ci-dessous regroupe certaines de ces valeurs publiées :

Tableau 1(*)

Hausse de température depuis la période 
1850 – 1900 (en °C)
Budget en CO2 restant à partir de 2017* 
(en gigatonnes)
1,2780
1,47380
1,57530
1,67680
1,87980
2,101320
2,171430

a) Placer les points représentant ces valeurs sur le graphique en Annexe 1. Que remarque-t-on ?

b) Déterminer le budget qui s’ajoute pour chaque hausse de 0,1°C.

c) Selon ce modèle, peut-on penser qu’il est encore possible de limiter la hausse de température d’ici à 2100 à moins de 1°C? Justifier votre réponse.

d) i) Déterminer graphiquement à quelle hausse de température correspondrait théoriquement un budget de 1170 gigatonnes. 

ii) Au rythme évoqué de 42 gigatonnes de COémis par an, en quelle année aurons nous épuisé ce budget?

Annexe 1

Notes de l’auteur: 

1. Malheureusement, selon la tendance actuelle, la quantité de COémise continue à augmenter chaque année d’environ 1 gigatonne par an, ce qui diminue encore « le temps qu’il nous reste ».

2. Le problème a pour objectif de vous sensibiliser à la question cruciale du réchauffement climatique, pas de vous inciter à faire grève de l’école !

(*) Données : « Global Warming of 1.51°C », GIEC2018. Le rapport est disponible sur ce lien : https://www.ipcc.ch/sr15/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s